Kris­ten Stewart
Kris­ten Stewart

Long­temps, Kris­ten Stewart a tenté de proté­ger sa vie privée. Ses expé­riences amou­reuses ont fait la Une de tous les jour­naux, malgré ses efforts pour proté­ger son inti­mité. Désor­mais, l’actrice a changé son fusil d’épaule, et assume plei­ne­ment sa bisexua­lité, et son nouveau rôle d’ambas­sa­drice de la cause LGBT. 

La vie privée de Kris­ten Stewart ne lui a jamais vrai­ment appar­te­nue.

Depuis sa rela­tion hyper­mé­dia­ti­sée avec l’acteur Robert Pattin­son, tous ses faits et gestes sont rappor­tés en Une des médias du monde entier. L’actrice a eu beau tenter de proté­ger ses rela­tions amou­reuses, en dissi­mu­lant ses senti­ments, mais cela s’est avéré impos­sible. Elle a très mal vécu ces histoires passées.

Kris­ten Stewart
Kris­ten Stewart

« Je ne parlais pas de mes premières rela­tions qui sont deve­nues publiques parce que je voulais que les choses qui me concernent restent les miennes. Je détes­tais que les détails de ma vie soient trans­for­més en marchan­dise et propa­gées dans le monde entier. »

Mais, à 26 ans, Kris­ten Stewart a réalisé que sa noto­riété pouvait aider les autres à assu­mer leur sexua­lité. Elle a donc mis sa vie privée au service de la cause LGBT.

« J’ai soudai­ne­ment compris que ma vie privée affec­tait un plus grand nombre de personnes que moi seule. C’était l’oc­ca­sion de parta­ger un peu ce qui m’ap­par­te­nait, pour qu’au moins une autre personne se sente bien dans sa peau. Quand je sortais avec Robert Pattin­son, le public était l’en­nemi, et ce n’est pas une façon de vivre. J’étais telle­ment perdue. Main­te­nant j’ai réalisé qui je suis. Je ne lutte plus  »

On a pu aper­ce­voir Kris­ten Stewart prendre posi­tion lors de mani­fes­ta­tions pour la défense du plan­ning fami­lial aux Etats-Unis et pour l’accep­ta­tion de toutes les sexua­li­tés.

Le nouveau look de Kris­ten Stewart
Le nouveau look de Kris­ten Stewart

« C’est dur d’en parler. Je ne veux pas avoir l’air présomp­tueuse, parce que tout le monde a sa propre expé­rience. Le thème de la sexua­lité est flou. J’essaye seule­ment d’accep­ter cette souplesse, ce côté flou, qui a toujours existé. (…) Je crois que les choses changent. En tant qu’indi­vidu, nous faisons tous partie du chan­ge­ment et de ce point de vue je peux en reti­rer un peu de crédit, j’imagine ; il n’y a pas de raison que je m’en déso­li­da­rise. Les préju­gés dispa­raissent, c’est certain… Enfin, bon, ils existent encore, il y a des gens qui conti­nuent à vivre des choses affreuses. »

« Mais c’est chouette qu’on n’ait plus à tout déter­mi­ner clai­re­ment. Tout ce truc de la certi­tude quant à savoir si vous êtes hétéro, gay ou autre. Être bisexuel ne fait pas de vous quelqu’un de perdu. Pas du tout. Pour moi, c’est plutôt le contraire. »

ECRIRE UNE REPONSE

Veuillez taper votre commentaire
Veuillez indiquer votre nom

4 − 1 =