Une journaliste lesbienne devient une star montante de l'info
Une journaliste lesbienne devient une star montante de l'info

Propulsée par les déboires de Fox News et l’arrivée au pouvoir de Donald Trump, l’émission de la lesbienne Rachel Maddow sur MSNBC est désormais la plus regardée des chaînes d’information aux Etats-Unis. Sa cible récurrente : le président américain.

La jeune lesbienne agace, elle énerve à droite comme à gauche, mais l’émission de la journaliste Rachel Maddow sur MSNBC est désormais la plus regardée des chaînes d’information aux Etats-Unis.

Une journaliste lesbienne devient une star montante de l'info
Une journaliste lesbienne devient une star montante de l’info

Cheveux courts, tailleur, pantalon et tee-shirt invariablement sombres, jamais de bijoux, jamais de robe, Rachel Maddow est loin des stéréotypes féminins qui dominent encore la télévision américaine. Ce look lui vaut d’ailleurs régulièrement des messages d’insultes, explique cette femme de 44 ans, ouvertement lesbienne depuis l’université.

Le ton et le format de son émission, diffusée quotidiennement à 21 heures sur la chaîne câblée MSNBC, classée à gauche et filiale du groupe Comcast, sont décalés : de longs monologues d’ouverture qui dépassent régulièrement vingt minutes, des détours par l’actualité en Roumanie ou au Venezuela, une construction méthodique et implacable avec, ces derniers mois, une cible récurrente: Donald Trump.

«Je démarre l’émission tous les jours avec l’intention de ne pas parler de Donald Trump, et puis…», a-t-elle expliqué sur la chaîne Viceland.

La logorrhée a parfois des allures professorales, chez cet esprit brillant qui a décroché son doctorat de sciences politiques à Oxford, grâce à une bourse prestigieuse.
A droite, républicains et conservateurs s’en prennent régulièrement à elle, qui la surnomment « Madcow » (« vache folle ») et à gauche, malgré son orientation résolument démocrate, son style sentencieux irrite, tout comme son goût pour les suppositions.

Mais malgré les critiques, Rachel Maddow est désormais aux commandes de l’émission la plus regardée des chaînes d’information, position occupée depuis quinze ans par la star de Fox News Bill O’Reilly, qui a quitté sa chaîne fin avril, poussé dehors par des accusations de harcèlement sexuel.

En moins d’un an, Fox News a d’ailleurs perdu son PDG et fondateur, Roger Ailes, décédé cette semaine, mais aussi ses deux présentateurs vedette, Bill O’Reilly donc, mais aussi Megyn Kelly, qui avait elle-même accusé Roger Ailes de harcèlement sexuel alors qu’elle était jeune journaliste.

Face à cette débâcle, Rachel Maddow franchit régulièrement la barre des trois millions de spectateurs – du jamais vu pour MSNBC, longtemps Petit Poucet face à CNN et Fox News.

L’ascension tient quasiment du miracle pour la Californienne d’origine, dont les audiences étaient au plus bas il y a à peine deux ans, début 2015. Entre temps, Donald Trump a changé la donne et plus que triplé son audience.

Mi-mars, elle a dévoilé la déclaration de revenus du président américain pour l’année 2005. Un vrai scoop, même si beaucoup de médias et d’internautes lui ont reproché d’avoir survendu le document.

Qu’importe : Rachel Maddow reste confiante. Elle vise à décrocher une interview de Donald Trump : « Ça finira par arriver ».

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.