Islam et homosexualité, Le Saint Coran et l’homosexualité, Traitement des homosexuels dans l’Islam › Actualités lesbiennes, gays, bisexuelles, transgenres et intersexes

Il ne fait aucun doute que dans l’Islam, l’homosexualité est considérée comme un « péché ». L’homosexualité en ce qui concerne l’Islam est une erreur profonde (comme le sont tous les péchés s’ils n’ont pas l’intention de mal faire). L’Islam croit que les humains ne sont pas homosexuels par nature et que les gens deviennent homosexuels à cause de leur environnement.

Le Saint Coran et l’homosexualité

Il y a cinq références dans le Coran qui ont été citées comme faisant référence au comportement gai et lesbien. Certains traitent évidemment d’hommes efféminés et de femmes masculines. Les deux références se rapportent aux activités sexuelles homosexuelles; les pratiques lesbiennes ne sont pas mentionnées dans le Coran. Les références semblent impliquer qu’il n’y avait pas de comportement homosexuel avant sa première apparition à Sodome. Il s’agit d’un concept islamique unique ; il n’apparaît pas dans les croyances juives ou chrétiennes. Le passage relie également le péché de Sodome (la raison de sa destruction) à l’homosexualité. Ce lien est contredit par d’autres versets des Écritures hébraïques.

Traitement des homosexuels dans l’Islam

Selon une brochure produite par Al-Fatiha (une organisation internationale pour les musulmans lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres), il existe un consensus parmi les érudits islamiques que tous les humains sont naturellement hétérosexuels. L’homosexualité est considérée par les chercheurs comme une déviation pécheresse et pervertie de la norme. La plupart des écoles de pensée et de jurisprudence islamiques considèrent les actes homosexuels comme illégaux.

Ils diffèrent en termes de pénalité :

    • L’école Hanafite (actuellement vue principalement en Asie du Sud et de l’Est) enseigne qu’aucune punition physique n’est justifiée
    • Les Hanabalites, (largement suivis dans le monde arabe) enseignent qu’une punition sévère est justifiée
  • L’école de pensée Sha’fi (également observée dans le monde arabe) exige un minimum de 4 témoins masculins adultes avant qu’une personne puisse être reconnue coupable d’un acte homosexuel

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *