They Called Me Queer, Histoires queer sud-africaines, Livres queer › Actualités lesbiennes, gays, bisexuelles, transgenres et intersexes

Un nouveau volume d’histoires queer sud-africaines.

Trop souvent, la vie des personnes queer, et en particulier de celles qui sont également noires, est effacée de la société dominante. They Called Me Queer est une collection d’essais écrits par des personnes de couleur queer sud-africaines qui s’identifient comme lesbiennes, gays, bisexuels, transgenres, queer, intersexes et asexuels (LGBTQIA+). À travers le continent et dans le monde, l’Afrique du Sud est devenue connue pour sa tolérance envers la communauté LGBTQIA+. Mais quoi qu’il en soit, même avec les protections juridiques que la loi offre, les Sud-Africains vivent dans une société ségrégationniste et inégalitaire dévastatrice, où la combinaison de la race, de la classe, du genre et des identités sexuelles a encore un impact important sur chaque aspect de notre vie.

Cette collection d’histoires est un témoignage de qui sont les personnes queer noires. C’est une affirmation des luttes de cette communauté, mais aussi de ses joies et de ses triomphes. Ce sont des histoires d’acceptation et de rejet, de jeunes amours et de vieux amants, de familles et de communautés, des frissons angoissants de sortir et d’entrer en soi.

Cette anthologie a été compilée par Kelly-Eve Koopman et Kim Windvogel.

Koopman est un conteur et un activiste. Avec sa partenaire Sarah Summers, elle a développé la web-série Coloured Mentality. Elle est déléguée de l’Atlantic Fellowship for Racial Equity et co-directrice et un tiers de FemmeProjects, une organisation axée sur les approches intersectionnelles de l’éducation à la santé sexuelle et reproductive.

Windvogel est un défenseur des droits humains, et également co-fondateur et responsable du plaidoyer de FemmeProjects. Elle avait à dire à propos de They Called Me Queer : « C’est né de mon amitié avec l’un des rédacteurs de She Called me Woman – Nigeria’s Queer Women Speak, qui nous a beaucoup encouragés à créer notre propre édition sud-africaine, mais surtout est né d’un besoin pour nous de centrer les expériences queer de Queer People of Colour en Afrique du Sud, un pays qui aime tout blanchir à la chaux. Dans le même souffle, ce livre s’adresse à tous, que vous soyez queer ou non, blanc, de couleur ou noir. Il a fallu beaucoup de travail acharné, de travail d’équipe, de travail individuel, de douleur collective, de joie et de peur, pour que ce travail d’amour soit prêt.

Les contributeurs au livre incluent Haji Mohamed Dawjee, Lwando Scott, Ling Sheperd, Maneo Mohale, Chase Rhys, Wanelisa Xaba, Jamil F Khan, Khanya

Kemami, Janine Adams, Craig Lucas, Shelley Barry, Lester Walbrugh, Kat Kai Kol-Kes, Sandrine Mpazayabo, Clio Koopman, Carl Collison, Neo Baepi, Jamil Khan, Nicole Adams, Qondiswa James, Mary Hames, Zoey Black et bien d’autres.

L’image de couverture, gracieuseté de GALA (Gay & Lesbian Memory in Action) présente Ismail Hanif, mieux connu sous le nom de Piper Laurie, était un personnage bien connu du District Six, Cape Town. Piper Laurie faisait partie d’une communauté queer très visible et intégrée à la communauté au sens large, représentant une partie importante du tissu social et de la culture du District Six. Les membres de cette communauté queer s’identifient parfois comme des hommes gais et parfois comme des femmes. Piper Laurie et ses contemporains utilisaient généralement des pronoms féminins pour se référer les uns aux autres et bien qu’ils ne se soient pas nécessairement identifiés comme queer, le brouillage intentionnel du binaire de genre peut être considéré comme queer.

They Called Me Queer est maintenant disponible dans toutes les grandes librairies et peut être acheté.

Source : queerlife.co.za

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *